COVID-19 : l’impact majeur sur le e-commerce

Il ne fait l’ombre d’un doute : la crise provoquée par la pandémie du covid-19 qui touche le monde entier touche la plupart des secteurs. Le commerce en fait partie. Si les chaînes de Grande Distribution et les Pharmacies voient leurs chiffres d’affaires exploser, le e-commerce connait un ralentissement important. Le Covid-19 n’a pas épargné les e-commerçants.

76 % des sites enregistrent un recul des ventes

L’on serait tenté de penser que le Covid-19 est une grande opportunité pour les e-commerçants. Et pourtant, les chiffres disent le contraire. Si 96 % des sites e-commerces continuent à fonctionner sur le territoire français, 76 % d’entre eux enregistrent une baisse importante dans leur chiffre d’affaire, au début du confinement. Aujourd’hui, plus d’un tiers a pris la décision de passer par une réduction d’activité et plusieurs sont grandement tentés par une interruption des activités jusqu’à nouvel ordre. Parmi les secteurs qui doivent le plus en pâtir : la mode et l’équipement de la maison.

Certains e-commerçant connaissent une hausse importante

Et si l’ambiance n’est pas au beau fixe chez certains secteurs, chez d’autres, une hausse importante a été enregistré. C’est le cas, par exemple, des e-commerces qui œuvrent dans le domaine de l’alimentation, de la téléphonie-informatique ainsi que les produits culturels et éducatifs. D’ailleurs, les sites marchands de ce secteur sont nombreux à se plaindre d’une difficulté d’approvisionnement. Pour 40 % des e-commerçants de cette branche, les stocks ont du mal à suivre. Et ce, même avec un dédoublement des chiffres.

De nouvelles organisations ont été mises en place

COVID-19 : l’impact majeur sur le e-commerce 1

À situation exceptionnelle, les mesures d’exception s’y afférant. La conjoncture actuelle a, également, apporté des changements importants vis-à-vis de l’organisation du travail des sites e-commerce. Avec le confinement, 82 % des entreprises ont adopté le télétravail. Tandis que 66 % ont dû choisir le chômage partiel. Et 22 % ont même pris la décision de fermer leurs sites. Mais ce ne sont pas seulement les ressources humaines qui connaissent un bouleversement. La logistique a également eu besoin d’un grand changement. Par exemple, certains entrepôts ont fermé leurs portes, certains prestataires logistiques ne travaillent plus à temps complet.

Il va sans dire que les délais de livraison ont donc, également changé. Les acheteurs ne veulent plus (et ne peuvent plus d’ailleurs) se déplacer. Et pourtant, les prestataires livreurs ont de plus en plus de restrictions. Résultat : 82 % des sites ont allongé leurs délais de livraison. Un allongement qui ne plaît pas à tous car 29 % des cyberacheteurs ont annulé leurs commandes. Un autre changement majeur : les sites proposent un plus long délai de rétraction, soit environ 30 à 60 jours contre 14 jours, normalement.

Et la suite ?

Il est vrai que les entreprises, dont les entreprises e-commerce, reçoivent un soutien de la part du gouvernement. Mais pour le moment, l’inquiétude est encore très présente. Si la situation de confinement se prolonge, est-ce que les e-commerçants peuvent faire face, efficacement à la situation ? Surtout économiquement parlant. Selon les chiffres, 40 % des entreprises ne pourront pas résister économiquement. Les perspectives économiques sont donc encore très incertaines.

Sources :

https://www.statista.com/statistics/1102648/online-shopping-sales-increase-corona-virous-outbreak-france/

https://www.fevad.com/enquete-sur-limpact-du-covid-19-sur-le-e-commerce-francais/

Une question ?

Nos experts se tiennent à votre disposition pour parler de votre projet.

Commenter